LA FIERTÉ D’ÊTRE NOUS-MÊMES !

Lorsqu’arrive la Fête nationale du Québec, je me sens toujours un tantinet maussade. En dehors du contexte politique, j’aimerais tellement que nous ayons cette fierté toute simple d’être nous-mêmes, riches de notre histoire, de nos racines et de notre belle langue française. Je voudrais tant que notre Fête nationale n’en soit pas une où, chaque 24 juin, on ne fait que se racheter en inondant nos radios de chansons québécoises. Et c’est bien dommage que ce soit seulement lors de cette fête que nous ayons la chance d’entendre chanter pour la peine les Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Raymond Lévesque et d’autres grands de notre chanson. Il me semble qu’on devrait avoir un peu plus de respect pour ceux qui ont fait naître la chanson québécoise-et cela-à l’année longue.

On devrait obliger nos radios commerciales à respecter un certain quota de diffusion des grands classiques de notre chanson que ces grands auteurs-compositeurs ont eu le génie de créer. Faut dire que ces dites radios ont déjà grand peine à respecter convenablement les quotas fixés à 60 % de diffusion de chanson francophone. Mais je crois que si on avait un peu plus de reconnaissance et de respect à l’égard de notre chanson et de notre langue, on se sentirait peut-être un peu moins cons d’agiter nos drapeaux bleus dans le vent tous les 24 juin. Histoire de redonner plus de sens à notre fête.

Yvan Giguère
Fondateur du Concours national de paroliers de langue française

Saguenay (Québec)