LA DUALITÉ CANADIENNE

Canadiens, canadiennes, québécois, québécoises,

Selon Radio-Canada RDI – "Montcalm pourrait tomber en Ontario?!?!", (dimanche le 15 février 2009, 11 h 35). , "Horst Dresler, un Québécois installé à Woodstock, dans l’État du Vermont, a l’intention de reconstituer la bataille des plaines d’Abraham même si l’événement est annulé à Québec. Et c’est en Ontario, « ou ailleurs » que les troupes de Wolfe pourraient vaincre une nouvelle fois les troupes de Montcalm."

Cette commémoration, un affront pour les québécois, serait une insulte déshonorante pour les gouvernements à tous les niveaux, s’y prêtant par leurs subventions et condescendance. Même la Société d’État trouve le moyen d’insinuer, avec son titre ( … ?!?!).

De toute la polémique entourant le 250e anniversaire de la Bataille des Plaines d’Abraham, un élément indéniable et non-équivoque demeure, la dualité de la nation québécoise et du peuple canadien. On peut la nier, essayer de l’ignorer, faire semblant en disant "Québec je t’aime", il est impossible de fermer les yeux sur cette réalité contemporaine et persistante proclamée quotidiennement par le drapeau canadien.

Le 15 décembre 1964, à 2 h 15 du matin, lorsque le drapeau national du Canada est adopté à la Chambre des communes, puis approuvé par le Sénat le 17 décembre 1964, pour être proclamé le 28 janvier 1965 par Sa Majesté la reine Elizabeth II. Inauguré le 15 février 1965, il proclamera pour les décennies futures cette dualité que vous pouvez observer tous les jours sur l’unifolié canadien.

L’unifolié canadien

Découverte quelques mois après l’inauguration du drapeau canadien (1965/02/15) . Cette image
subliminale fût portée à la connaissance des lecteurs de la revue Scientific American par Martin
Gardner dans la chronique "Mathematical Games". Également publié dans son volume "Mathematical
Circus" (1979), Alfred A. Knoff, page 11. "The Canadian Flag And Its Two Angry Men."

Lors de la conception du drapeau canadien, une image subliminale a été inconsciemment introduite
dans la simplicité toute héraldique de l’unifolié canadien. Imprégnée de la dualité, de l’antagonisme et
de la divergence des deux peuples fondateurs, on peut voir l’image de deux figures de profil, qui
s’engeulent royalement.

Pour voir ces deux figures, concentrez le regard sur la moitié gauche ou droite du drapeau et alors vous
verrez :

Radio-Canada, Mr. Horst Dresler : "Suppose they gave a war and nobody came?",

 

 

Sans préjudices.

Claude Bélanger
Sainte-Julie (Qué.)