LA DOUBLE HISTOIRE DU QUÉBEC

La controverse sur la Défaite ou la Conquête de 1759 aura eu ce mérite : des historiens amateurs ou professionnels en ont exploré toutes les avenues.

Faut-il le dire? Les faits fournissent la trame du discours historique mais, comme tels, ils ne signifient rien. De Gaulle commence ainsi ses mémoires : « Je me suis toujours fait une certaine idée de la France ». Tout Québécois possède en soi, de façon claire ou diffuse, une certaine idée du Québec. Les opinions sur les « fêtes » de la Conquête sont le reflet de cette vision.

Ceux qui restent fidèles à la Fondation de 1608 ressentent comme une injure la célébration de notre défaite. À l’encontre, ceux en qui la Conquête a fait son chemin en déplaçant l’identité originelle approuvent des festivités, avec ou sans nuances : La France avait déjà perdu la guerre, elle nous a sacrifiés au commerce du sucre, la Conquête nous aurait été avantageuse, etc.

Un gouvernement de la France nous a cédés à l’Angleterre. Mais la France peut-elle nous avoir abandonnés puisque nous étions nous-mêmes la France d’ici? La Conquête nous a donnés la naissance dans le sang et la douleur.

Hubert Larocque
Gatineau (Québec)