GERMANISÉ PAR UN PRÉSENTATEUR FRANÇAIS

Le 21 avril dernier, une émission thématique sur la chaîne ARTE se déroulait autour de la conférence des droits de l’homme avec pour question : Les droits de l’homme sont-ils encore universels ?

Daniel Leconte, animateur de ce débat que j’ai pu enregistrer, mais n’ai pu voir que dernièrement (d’où mon papier tardif), avait invité plusieurs personnes. Toutes s’exprimaient en français, langue internationale de l’ONU avec l’anglais, mais, bizarrement, Daniel Cohn Bendit s’exprimait en allemand (on le lui avait demandé). Quand Daniel Leconte lui posa une question, à un moment donné, Cohn Bendit s’exprima, de manière naturelle, en français. Or, l’animateur le reprit en lui disant « en allemand, s’il vous plaît »…

Dans un cas de figure international comme ce sujet de l’ONU, avec une émission en français, je ne vois pas pourquoi Cohn Bendit devrait s’exprimer en allemand, puisqu’il intervient aussi dans la politique française (preuve en est la dernière élection en date pour les européennes).

Que la chaîne soit franco-allemande n’y est pour rien, pas plus que la demande de chacun de s’exprimer dans sa langue.

Le multilinguisme c’est bien, encore faut-il qu’il soit appliqué avec intelligence. Dans le cas présent, alors que tous s’exprimaient en français, je ne vois pas pourquoi Cohn Bendit était obligé de parler en allemand puisqu’il est élu député européen en île de France (c’est-à-dire la région parisienne) depuis le 7 juin 2009…

Daniel Leconte est un con, à moins que ce ne soit la chaîne qui ait imposé cela. Dans ce cas, il reste un con puisqu’il se soumet.

Il n’y a pas très longtemps, pourtant, la direction d’Arte avait voulu que ses salariés, français et allemands, parlent entre eux en…anglais. J’aurais été curieux de connaître sa position.

cedriclaudet@neuf.fr