FAIRE UNE SEULE DÉCLARATION DE REVENUS

L’idée lancer par madame Marois de faire un seul rapport d’impôts est une approche autonomiste fort intéressante, à ne pas rejetter d’emblée. C’est ce que je retiens de la déclaration du fondateur de l’ADQ, monsieur Jean Allaire, lorsqu’on lui a posé la question des référendums sectoriels.

Si Ottawa est capable de collecter des impôts et nous retourner une partie de celles-ci, afin que le Québec remplisse ses obligations, l’inverse est parfaitement réaliste. En quoi les Québécois ne seraient-ils pas capables de respecter nos responsabilités en matière de Défense, d’Affaires étrangères, de la Chambre Haute et des députés qui siègent à Ottawa, ect ? Les chèques, ça voyagent dans les deux sens. Au lieu de faire le voyage à Ottawa pour percevoir davantage, ce serait autour des fonctionnaires fédéraux de descendre à l’Aéroport de L’Ancienne-Lorette pour faire valoir leurs besoins.

Permettez-vous un simple exercice du pouvoir et validez ce que cela donne d’avoir le chéquier en main. Actuellement, pour la Santé, l’Éducation et les Affaires sociales, le Québec reçoit des transferts fédéraux, mais avec des obligations à respecter, les fonctionnaires de Québec ont des comptes à rendre à Ottawa.

Placez-vous dans la situation inverse, vous faites un chèque pour assurer le fonctionnement du Sénat du Canada et vous trouvez que les sénateurs du Québec négligent à leur obligations de s’assurer qu’il y aie des investissements fédéraux structurants à Gatineau, que faites-vous pour les sensibiliser au rôle qu’ils et elles ont à jouer ? J’imagine que vous allez leur passer le message suivant : Vous rendez-vous compte, le Québec offre une énergie VERTE, celle d’Hydro-Québec, elle coûte une fraction de l’électricité tirée de la combustion du charbon, la pollution engendre des maladies, la destruction du climat, ect., et vous ne faites absolument rien, alors que la recherche scientifique fédérale se fait uniquement à Ottawa, je vous demande un petit effort en faveur de Gatineau, les avantages sont là et indéniables. Il y a 27 laboratoires scientifique fédéraux à Ottawa, monsieur Caire et aucun à Gatineau, c’est ça, le pouvoir du chéquier.

Avec les outils de l’impôt, il serait plus facile de se doter le Québec des meilleurs outils pour assurer son développement. Actuellement, les impôts des Canadiens sont au service de la survivance de l’industrie automobile de l’Ontario, mais qu’en est-il de l’industrie forestière du Québec dans les priorités fédérales ? Quel est le pouvoir des députés libéraux de Jean Charest, d’attirer des investissements fédéraux structurants à Gatineau, monsieur Caire, sauf celui d’implorer la bureaucratie fédérale ? Maintenant que le déficit atteint 50G$, ce sera difficile de tourner les projecteurs sur l’industrie forestière et les pensions qui sont menacées.

Monsieur Caire, être autonome et responsable, c’est être disposé à poser des gestes qui feront de nous des gens autonome. Je vous invite à vous pencher sérieusement sur la situation de Gatineau et sa région, un milieu qui devrait normalement dominer le développement économique de tout l’Outaouais, les 2 rives incluses, mais qui à cause du poids politique du Canada, préfère nous servir la péréquation comme mode de vie.

Monsieur Caire, Hydro-Québec va inaugurer une interconnexion de 1.250 MW qui va livrer cette énergie à la Ville d’Ottawa, une énergie qui aurait pu être consommée à Gatineau. Dernièrement, Nav Canada installé à Cornwall fermait la Tour de Contrôle de Mirabel, trop cher, malgré toute l’industrie de l’aérospatiale qui se développement dans cette municipalité qui a été représenté par l’ADQ. Pourtant, c’est Hydro-Québec qui alimente la Ville de Cornwall en électricité et la ligne appartient à Hydro-Québec, jusqu’à l’entrée de cette ville ontarienne.

Monsieur Caire, on a le choix, former des jeunes dans nos universités et diriger un certain nombre d’entre eux hors du Québec, parce que l’on ne contrôle pas notre développement, par les impôts qui nous permettraient de dire à nos partenaires, ça suffit, on investit chez nous, nos jeunes ne suivront plus le tracé des lignes d’Hydro-Québec pour trouver des emplois hors du Québec.

Monsieur Caire, si vous voulez redonner du pouvoir aux sénateurs et aux sénatrices qui viennent du Québec, songez sérieusement à ce qu’il y ait un seul rapport d’impôts au Québec. Enfin, faites une vérification discrète auprès de ceux qui paient en double pour leur comptabilité fiscale et revenez nous voir. C’est certainement l’exercice que va faire Jean Allaire et le groupe Réflexion Québec. Il faut prendre l’habitude de chausser les souliers des autres si l’on veut en mesurer le confort. Il faut cesser de penser petit…

L’ADQ est dans une situation propice à la réflexion, il y a une course à sa Direction.

André Mainguy
Longueuil