US AIRWAYS ET LE COMMISSARIAT AUX LANGUES OFFICIELLES

À : information@OCOL-CLO.GC.CA
Objet : RE: 76889 – Plainte – Aéroport de Philadelphie de la part de US Airways

Madame,

Je crois connaître assez bien la géographie pour savoir que Montréal, lieu de départ dudit vol, n’est pas en « territoire américain » (si c’est « états-unien » que vous sous-entendez). De surcroît, ma plainte sur le manque total de service en français ne concerne pas que l’escale à Philadelphie mais le vol entier, en commençant à l’aéroport de Montréal (qui, je le répète, se situe au Canada). Ainsi il est tout à fait idoine de porter plainte auprès du Commissaire aux langues officielles.

L’entreprise dont il est question n’est certes pas une institution fédérale canadienne, mais l’aviation au Canada relève bel et bien de la responsabilité du gouvernement fédéral. Ou bien prétendez-vous que les sociétés aériennes amerloques peuvent faire n’importe quoi sur territoire canadien ? Demain matin je vais prêter le serment de citoyenneté canadienne, mais peut-être aurai-je besoin de demander préalablement l’autorisation de US Airways et d’autres entreprises privées qui exercent la souveraineté dans notre pays, vu que les caprices d’icelles l’emportent sur nos propres lois. Pourriez-vous m’informer à ce sujet, ou bien me donner les coordonnées de son altesse votre marionnettiste aux États-Honnis ?

Par les présentes, j’exige la rouverture de ma plainte.

Recevez, Madame, mes respectueux hommages.

Scott Horne

________________________________________
From: information@OCOL-CLO.GC.CA [mailto:information@OCOL-CLO.GC.CA]
Sent: 28 juillet 2008 15:45
To: shorne@hornetranslations.com
Subject: 76889 – Plainte – Aéroport de Philadelphie de la part de US Airways

Monsieur,

Nous vous remercions de votre courriel du 9 juin 2008 dans lequel vous nous informez de votre insatisfaction à l’égard du manque de services en français reçus du transporteur aérien US Airways lors d’une escale à Philadelphie.

Étant donné que l’organisme visé n’est pas une institution fédérale canadienne mais une entreprise privée américaine, cette situation particulière ne relève pas de la compétence du commissaire aux langues officielles. Par conséquent, le commissaire ne peut invoquer la Loi sur les langues officielles, une loi canadienne, pour obliger une entreprise américaine à donner des services en français en territoire américain.

Nous vous suggérons de communiquer avec le service à la clientèle de US Airways pour faire connaître votre insatisfaction.

Sincères salutations.

Catherine Scott
Directrice générale p.i.
Politiques et communications