QUÉBEC 2008 : BANALISATION DU QUÉBEC

Référence : http://www.soreltracy.com/liter/2008/oct/16o.htm

J’ai beaucoup apprécié, outre celui formulé à l’égard de M. Raymond Lévesque au premier chef (ainsi que les salutations simultanées et fort opportunes à l’inoubliable Jacques Brel), ce touchant hommage à quelques grandes personnalités du Québec contemporain.

Québec 2008 aura été par ailleurs, toute l’année durant, c’est indubitable, une formidable entreprise de banalisation du Québec et du peuple qu’il incarne et représente.

Dieu ! qu’il est difficile en notre temps d’arborer sa fierté québécoise avec tous ces pouvoirs (à commencer par notre propre gouvernement… en passe d’être réélu qui plus est !) qui se font un devoir en toutes circonstances d’amoindrir, de rapetisser ou de tronquer tout ce qui est susceptible de révéler ou d’apporter quelque prestance ou honorabilité à l’unique État francophone des Amériques.

Hormis Haïti, bien sûr.

Je croyais le peuple québécois de grande noblesse. Or je constate de plus en plus qu’il est pareil aux autres (Français, Étatsunien…) : sans vision, sans envergure, sans idéal.

Ils ont leurs Bush et leurs Sarkozy. Et rien ne laisse présager (je pense, hélas, aux Lincoln et autres Kennedy) que M. Obama aura les mains libres pour réaliser « son programme ». Et nous, eh bien nous avons nos Jean Charest ! Nos gérants de McDo, quoi…

Les uns dominant la Planète de leur langue et de leur « culture », les autres s’empressant de s’y inféoder en cinquième vitesse…

Et c’est sans compter un PQ pierremarcjohnsonisé qui a caché son article no. 1 – l’Indépendance nationale – dans la garde-robes !!!

Quoi qu’il en soit la concitoyenne que je suis vous est reconnaissante de dire ces choses-là haut et fort, et sans détour. Dans ce texte ou ailleurs.

Mathilde François,
16 novembre 2008