NOUVELLE CONFIGURATION À OTTAWA

Personne ne regrettera le départ de Stéphane Dion. Il reçoit le salaire de ses agissements à l’endroit du Québec. Pour s’acheter les faveurs du Canada anglais, il a impulsé l’odieuse loi sur La clarté. « on presse le citron, on jette l’écorce », le voilà rejeté par ses maîtres qui garde le profit de la sale besogne, sans avoir l’air d’y toucher.

Les changements politiques s’installent avec une extrême lenteur. Peut-on prédire ce qui est d’avenir et durable parmi nombre de petits faits qui ébranlent la configuration traditionnelle? Le changement principal semble être une application inédite de la « loi des deux solitudes ». Le Canada anglais peut se gouverner seul et pour lui-même. Le Québec se représente à part par l’intermédiaire d’un parti propre, le Bloc Québécois. Ainsi se trouve brisée et périmée la réunion symbolique de deux nations à travers deux partis pancanadiens. Un divorce originel!

Ce « retour à la normale » s’aggravera ces prochaines années. Les conservateurs disparaîtront du Québec après la chute du masque de la bienveillance. Quant à Ignatieff, avec ses airs de « lord » victorien, sa pensée sur le Québec présage un nouveau Trudeau.

Hubert Larocque
Gatineau