LETTRE OUVERTE À TV5

Propagande Canada jusque dans les salons afro-européens

TV5-Monde FBS (France – Belgique – Suisse)
http://www.tv5.org/TV5Site/contact/contact1.php?id_rub=2&signal=2
131 avenue de Wagram
75017, Paris
France

Dans le cadre de la soirée « Téléséries du Canada » (mardi le 29 janvier 2008), je n’ai pas du tout, mais pas du tout, apprécié que TV5 (TV5-FBS, plus particulièrement) se fasse l’instrument complaisant de la (proverbiale) intoxication idéologique du Canada à l’endroit du Québec.

De fait, il s’agissait d’émissions québécoises. Or non seulement on nous a "asséné du Canada à tours de bras", pour employer la « parlure » québécoise, mais on y a inséré jusqu’à plus soif des symboles typiquement canadians (à l’instar de la « Maple Leaf », par exemple).

Exit ! jusqu’au vocable même de « Québec ». Exit ! la plus modeste fleur de lys, le symbole princeps, comme chacun sait, de cette nation francienne des Amériques.

Bref, tout fut mis en place afin d’oblitérer totalement l’identité québécoise derrière l’arrogance et la suffisance, et pour tout dire l’esprit colonial, dont ne s’est toujours pas départi à ce jour ce Canada-hors Québec (d’ascendance britannique comme par hasard, ajouteraient d’aucuns).

Or, il me semble que les Québécois supportent déjà avec grand’mérite et une patience infinie les tactiques de propagande du Canada sur son propre territoire (et pas seulement en périodes référendaires où se joue l’avenir politique du pays des Gilles Vigneault et des Gaston Miron dans un rapport de forces inégal, a fortiori lorsque l’on contourne à volonté les règles élémentaires de la démocratie) sans que TV5 n’en remette une couche bien rouge (unifolié, comme de bien entendu) en cautionnant – et relayant – à l’échelle de la francophonie planétaire ces comportements tout à la fois ridicules, caporalistes et grossiers.

Aussi, depuis la Tunisie où j’ai capté cette programmation, je fus outré par ces manières typically canadian dignes d’un petit État médiocre et sans envergure.

La France – anglaisée jusqu’à la moelle, qui brade sa langue sans états d’âme aucun depuis vingt ans au point où un Étatsunien s’y sent chez-soi plus qu’un Sénégalais, une Ivoirienne, un Québécois, une Martiniquaise ou un… Tunisien – n’est plus ce qu’elle était.

Or il faudrait savoir aussi, amis d’Europe, que le Canada non plus.

Jean-Luc Gouin
LePeregrin@yahoo.ca
un Québécois de séjour en Tunisie
ce 30 janvier 2008