LE RÉFLEXE DE COLONISÉ DE RENÉ-HORMIER-ROY

J’ai envoyé un courriel ce matin à l’émission « C’est bien meilleur le matin », animée par René Homier-Roy. Je ne peux plus supporter cette manie de monsieur RHR qui, lorsqu’il veut particulièrement insister sur l’importance de son propos, se met automatiquement à parler en anglais et à utiliser les clichés anglo-américains, souvent en précédant le tout, comme pour s’excuser, de son fameux « comme disent les Chinois »… Je n’en peux plus d’entendre ainsi un animateur de la radio publique nous faire la démonstration de la « petitesse » qu’il doit forcément percevoir dans notre langue, des « lacunes » du français lorsqu’il s’agit de parler « des vraies affaires », comme si seuls les Amirequins avaient ce qu’il faut pour décrire la réalité d’aujourd’hui. Si monsieur RHR a des carences de vocabulaire, cela lui vient sans doute d’une trop grande fréquentation de la culture anglo-américaine (télé, cinéma, littérature, etc.). Mais ce n’est certainement pas à nous, auditeurs francophones, d’en subir les pénibles contrecoups…

Robert Morin
Saint-Jean-de-Matha