LA MINORITÉ FRANCOPHONE EN FLANDRE

Dans une lettre ouverte adressée au Comité des Sages qui a débuté ses travaux dans le but de mener à bien une réforme de l’Etat belge, l’association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF) rappelle "la situation préoccupante dans laquelle se trouve la minorité francophone en Flandre".

L’APFF estime que "si la réforme de l’Etat a pour but d’accorder une plus grande autonomie aux régions et de renforcer le dialogue entre le Nord et le Sud du pays, elle doit aussi permettre aux membres des trois communautés, qu’ils soient Flamands, francophones ou germanophones, de vivre en toute quiétude dans chaque région pays (Flandre, Wallonie ou Bruxelles)".

"Actuellement, ce n’est pas le cas des 300 000 francophones qui vivent en Flandre", précise l’APFF. "Ils connaissent des problèmes administratifs dans la périphérie de Bruxelles et des problèmes culturels dans toute la Région flamande."

Malgré les recommandations de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui a reconnu l’existence d’une minorité francophone en Flandre parmi les minorités qui doivent être protégées et dont les droits ne sont pas officiellement reconnus, " la Flandre ne veut rien entendre".

Face à cette situation, l’APFF constate "avec effarement " que, dans son rapport au Roi, le Premier ministre, Guy Verhofstadt, propose que seuls les germanophones soient reconnus comme minorité.

A l’APFF de s’exclamer: " Et les francophones de Flandre? Tout simplement ignorés, sacrifiés? Les Flamands de Wallonie aussi, soit dit en passant! Il s’agit d’un règlement de comptes et non d’une réforme de l’Etat sans vainqueur ni vaincu comme annoncé! Nous estimons que sur ce point, Monsieur Verhofstadt fait fausse route. Ce n’est pas dans ce continuel esprit d‘hostilité vis-à-vis des francophones vivant en Flandre que l’on va assurer la stabilité de notre pays pour les prochaines décennies."

Et de conclure: " Tous ceux qui sont appelés à se pencher sur l’avenir de la Belgique doivent impérativement tenir compte des recommandations du Conseil de l’Europe. (…) Ils pourraient utilement s’inspirer de l’exemple donné par le Québec francophone, qui assure leurs droits aux anglophones, minoritaires dans la province canadienne. Ils doivent aussi se souvenir des propos de l’ancien Premier ministre britannique, Clement Attlee: ‘La démocratie n’est pas simplement la loi de la majorité, c’est la loi de la majorité respectant comme il convient le droit des minorités.’ "

Pour plus d’informations

Nous vous renvoyons au numéro 46 (janvier-février 2008) des "Nouvelles de Flandre". Ce numéro peut aussi être consulté sur notre site (http://www.dmnet.be/ndf).

Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF asbl)
Secrétariat: Spreeuwenlaan 12, B-8420 De Haan, Belgique.
Téléphone: +32(0)59.23.77.01
Télécopie: +32(0)59.23.77.02
Portable: +32(0)479.35.50.54
Courriel: apff@dmnet.be
Site: http://www.dmnet.be/ndf