DU QUÉBEC, DE SA CULTURE ET DE MME VERNER

En réponse à un article de la sénatrice Lise Bacon, paru dans leDroit, édition week-end – 20,21 septembre 2008

Chère Lise Bacon,

Je me désole aussi des déclarations de certains des candidats conservateurs (nommément du type de celles de la ministre du Patrimoine, Josée Verner), payée (gâtée elle aussi à même nos impôts acheminés à Ottawa), et qui au lieu de prêter une oreille attentive aux récriminations des artistes par exemple, n’a rien trouvé d’autre à dire que de leur suggérer d’aller ratisser les fonds de tiroirs du gouvernement à Québec. La culture au Québec s’exporte, madame la ministre du Patrimoine et très bien à part ça. Et le Québec, ne vous en déplaise chère dame, fait encore partie du Canada. Ainsi le Québec autant que toute autre province je suppose, est en droit de
recevoir sa juste part des argents alloués à la dissémination de la culture canadienne dans son ensemble, et de notre culture plus particulièrement française et « distinctement différente », de la faire connaître donc au Canada, à l’étranger. Et le gouvernement du Québec, madame, a de plein droit l’entière responsabilité de redistribution des argents provenant du gouvernement fédéral en la matière.

Vous fallait, mal vous en prit, en rajouter au palmarès des bourdes commises par certains membres de votre parti! Ça risque fort de vous coûter quelques votes utiles au Québec sans parler des votes autochtones qui pourraient aussi vous être retirés. Vous êtes du Québec, avez-vous dit? Ne pensez-vous pas qu’une plus « juste » compréhension du Québec, de ses diverses cultures, de ses valeureux artisans vous aurait mieux servie qu’une déclaration à « l’emporte-pièce » du genre de celle que vous nous avez brandie? Avouez la gaffe maintenant, allez, soyez bonne joueuse, madame Verner.

Lucie Dumouchel
Gatineau (Québec)