COMPORTEMENT INDIGNE

Monsieur le directeur,

Je viens de lire les échanges de courriels (que la plupart des Français s’obstinent bêtement à appeler e-mail ) avec M. Dion. Je suis outré de votre comportement et je doute fort qu’il soit avalisé par les vignerons membres du Comité interprofessionnel des vins du Languedoc, avec nombre desquels j’ai eu naguère commerce en triple qualité de président de l’Association québécoise des agences de vins, bières et spiritueux ( AQAVBS), président de l’agence DAVELUY Vins Yves Michaud, accréditée par la Société des alcools du Québec (SAQ), et ancien Délégué général du Québec en France ( 1979-1984).

Votre mépris de la langue française confine à la fois à l’ignorance et au pédantisme. On ne peut être universel que lorsque l’on est profondément singulier. Le vin a une patrie, la France. C’est dans cette langue que se déclinent sa qualité, ses appellations, ses territoires, ses parcelles, ses climats, bref, tout ce qui fait la notoriété des vins français.

J’ose croire que vous serez amené bientôt à résipiscence, à défaut de quoi des actions idoines pourraient être menées, au Québec et en France, à l’encontre d’une attitude préjudiciable aux intérêts de vos commettants.

Yves Michaud, président
DAVELUY Vins Yves Michaud