CHANTONS ANGLAIS!

Au prochain concours de l’Eurovision, le candidat français chantera en anglais. Du joueur de rugby Sébastien Chabal, il a en commun le prénom et le « look » ; peut-être le sens de la musique aussi à moins que le sportif ne soit musicien à ses heures. C’est la télévision française qui l’a choisi. Quelques politiques s’en émeuvent mais d’autres trouvent cela normal : il faut bien lutter à armes égales. Près de la moitié des candidats chantent dans la langue de Shakespeare et la quasi-totalité des vainqueurs, ces dernières années ont fait de même.

D’ailleurs remarque L’Express (10/4/2008), les « nouveaux ambassadeurs de la pop-folk made in France parlent au monde entier… mais en anglais. » Dans le même article, intitulé « Bourges, la nouvelle chanson franglaise », le programmateur du Printemps de Bourges remarque que « c’est le bon côté de la mondialisation, même si, ici, la scène franco-française reste prépondérante ». Et le journaliste de se réjouir : « Les chanteurs labélisés (sic.) bleu-blanc-rouge n’ont jamais été si offensifs, quitte à abandonner le combat pour la langue de Molière. » Se sont-ils, un jour, préoccupé du français ?

Comme « ses collègues », Soko qui « s’impose comme la nouvelle star de MySpace », « ne jure que par la langue de Shakespeare. » Ainsi, note le président du Bureau Export de la musique française et d’Universal Music Publishing, « aujourd’hui, les Français sont décomplexés par rapport à l’anglais, qui est la langue du Net ».

En France tout finit, dit-on, par des chansons. Qu’importent les paroles !

Jean-Claude CHARVOZ