LE GRAND MENSONGE DE L’ÉDUCATION

Enseignante de français (en presque fin de carrière) dans les Pyrénées, j’ai découvert votre site par le biais de recherches sur l’enseignement du Français langue Étrangère et j’y ai lu le compte-rendu de l’ouvrage Le grand mensonge de l’éducation.

Je fais partie de ceux qui s’insurgent également en France d’une dérive similaire dans l’enseignement que bien des acteurs du système scolaire refusent de reconnaître.

Je voudrais savoir si au Québec, les heures dévolues à l’apprentissage de la langue ont diminué significativement, en primaire et secondaire, parallèlement à la simplification des tâches que cet ouvrage évoque.

Cette réflexion sur la maîtrise de la langue maternelle et donc de la capacité de penser dépasse largement les frontières aujourd’hui.

Quelqu’un parmi vous saurait-il me répondre ou avoir la gentillesse de diriger ailleurs mon message?

Qui serait intéressé par des échanges de réflexion sur ce problème ?

Merci beaucoup,

Katia VENCO
certifiée Lettres-Modernes
kagebe@wanadoo.fr