L’AFFAIRE DURHAM

Falsification de l’Histoire

À l’occasion de l’affaire Durham, plusieurs journalistes et historiens anglophones se sont empressés d’affirmer que le Canada anglais n’avait jamais appliqué ses recommandations d’assimilation des Canadiens français. À ma grande surprise, aucun historien francophone n’a répliqué à cette falsification de l’Histoire canadienne.

Le Canada anglais a appliqué le rapport Durham de trois façons.

D’abord en faisant 12 lois anti-françaises, deux dans chacune des provinces de l’Ouest, trois en Ontario dont le célèbre Règlement 17, le School Act du Nouveau-Brunswick et la loi Tupper de la Nouvelle-Écosse et une loi à l’Île-du-Prince Édouard. Il faut se souvenir que ces lois ont sévi sur près d’un siècle. La plupart des effets pervers d’assimilation linguistique n’ont pris fin qu’en 1969. C’est ainsi que le Québec est devenu la réserve des francophones. Dire que les Canadiens français ont gardé leur langue grâce aux Anglais, comme l’a dit Chrétien, est donc une aberration colossale.

Deuxièmement, le Canada anglais a fait exactement ce que Durham avait recommandé en procédant à une immigration massive des Anglais au Canada. À la fin du 19e siècle et au début du 20e, particulièrement sous Laurier, le Canada anglais a fait entrer plus d’un million de Britanniques, dont les 100 000 orphelins de Victoria. On a tenté ainsi de noyer les Canadiens français.

Troisièmement, le Canada anglais payait le voyage des Britanniques et leur donnait des terres alors qu’un Québécois devait payer son voyage et acheter sa terre s’il voulait s’établir dans une province de l’Ouest.

Et les historiens qui essaient de justifier Durham en prétendant qu’il voulait seulement, comme tous les Anglais de son époque, créer l’homogénéité sociale et culturelle, c’est faux, c’est un euphémisme pour "génocide culturel", soit faire perdre aux colonisés leur langue, leur religion et leur culture et, quand les colonisés résistaient à leur belle "homogénéité", les Anglais les exterminaient ou les assimilaient de force, partout, en Afrique, en Inde, en Amérique, en Australie, en Irlande, etc. Il ne faut pas se laisser leurrer par les mots. Dans les pays africains, comme les Anglais ne pouvaient réaliser "l’homogénéité raciale", (blanchir des Noirs, c’est difficile) alors ils pratiquaient l’apartheid.

Ceux qui dénoncent le révisionnisme de l’Histoire, se prêtent trop souvent à une falsification de l’Histoire.

Normand Rousseau
Gatineau, Québec