KERNEWS RÉPOND!

J’évoquais le 21 mai dernier la création toute récente d’une nouvelle radio locale dans la région de la Baule : "Kernews".

Je viens de recevoir un courriel du fondateur de cette radio, M. Yannick Urrien, que je porte bien volontiers à votre connaissance (ci-dessous). Je lui fais savoir que j’accepte bien entendu sa gracieuse invitation (en lui faisant aimablement remarquer combien il est bien dommage, décidément, que la loi Toubon du 4 août 1994 ne s’applique ni aux dénominations sociales, ni aux enseignes, ni aux noms commerciaux, ni aux marques de fabrique).

Cette intéressante réponse montre bien qu’il serait sans doute plus facile qu’on ne le croit d’endiguer la vague anglomaniaque. Les appareils commerciaux, qui contrtibuent pour beaucoup à l’alimenter, seraient, en effet, infiniment plus circonspects s’ils sentaient une opposition quelconque se manifester devant eux. On sait toutefois, hélas, qu’elle peut difficilement émaner des pouvoirs publics et des élites dirigeantes (surtout celles des jeunes générations) qui, au nom de la modernisation, du primat de l’économie et de la mondialisation, s’accordent plutôt, comme je le disais récemment, sur la nécessité de remiser petit à petit la langue nationale aux oubliettes de l’histoire que sur celle de la défendre. Reste la société civile, c’est-à-dire les Français en général, dont on peut espérer qu’ils manifestent en général un tout autre attachement à l’un des fondements de leur patrimoine culturel. A condition, évidemment, qu’ils aient conscience du danger auquel est exposée leur langue maternelle. Dans son remarquable livre Pourquoi veulent-ils tuer le français ? (Albin Michel, Paris, 2005) le professeur Bernard Lecherbonnier fait observer que lesdits Français ont mis vingt ans pour réagir aux menaces exercées par le progrès sur leur environnement. S’il leur faut autant de temps pour découvrir la crise linguistique, il sera peut-être un peu tard …

Jean-Pierre Busnel
jpabusnel@wanadoo.fr

——————————————————————————-

"Bonjour,

Je suis le fondateur de Kernews.

J’apprécie votre combat pour la défense de notre langue mais Kernews est imaginé comme une marque, comme Vivendi est une marque, Publicis peut l’être aussi…

Il s’agissait pour moi de trouver en deux syllabes une marque facilement mémorisable.

Vous avez raison d’être vigilant à l’égard du bon usage de notre langue et je suis prêt à vous laisser la parole lors d’une prochaine émission.

Bien amicalement

Yannick Urrien"

*********

Adresse utile:
http://www.kernews.com/