ACCOMMODEMENTS RAISONNABLES OU DÉRAISONNABLES

Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles
a/s de Mme Geneviève Baril
genevieve.baril@inm.qc.ca

Messieurs les commissaires,

En son temps, l’illuminé (ou clown) Pierre-Elliot Trudeau a eu peur…

D’abord, du FLQ : il a évoqué la Loi des mesures de guerre pour une poignée d’hommes.

Ensuite, du nationalisme qu’animait le PQ et René Lévesque : il a lancé l’utopie du multiculturalisme que les libéraux du Québec et le Canada anglais ont pris pour du « cash ». Et tout l’appareil fédéral s’est mis à diluer quelque identité canadienne qui fut. Le buzz word de la Cour suprême est devenu la sainte tolérance qui a fait de toutes les institutions des instances sans saveur, incolores et inodores. Plus un juge fédéral a de colonne.

Le Québec n’a pas pris le pas aussi vite que les autres et, sous le PQ, il a continué à brandir sa culture unique, faisant qu’Ottawa, Trudeau et quelques autres entêtés en tête, se sont acharnés sur lui pour détruire son identité trop forte. Les ténors provinciaux ont eux aussi tiré sur le Québec toutes les flèches qu’ils ont pu. Par contre, ces infâmes de l’Ouest voyaient croitre chez eux le bilinguisme, anglais-chinois, tout en négligeant impunément leurs minorités francophones. Ben coudonc!

Cette peur fédérale, ce mépris fédéral à l’égard du Québec a fait vivre aux Québécois une iniquité que les immigrants chinois de l’Ouest, par exemple, n’ont pas eu à subir. Et l’injure s’est ajoutée à l’insulte quand le fédéral a subventionné une campagne d’amour en recrutant des Canadians qui n’avaient probablement jamais voyagé au pays pour les amener à Montréal « battre » un OUI qui avait le vent dans les voile lors d’un certain référendum sur la question nationale. Par surcroit, le battre illégalement, en contrevenant à une loi québécoise sur la transparence électorale (inexistante ailleurs à l’époque), avec la complicité des rouges québécois.

Au fil des ans, le Québec était parvenu à renvoyer les soutanes et les papes ainsi que leurs mensonges et leurs perversités dans leurs palais et refuges, mais il n’est pas parvenu à s’affranchir des libéraux fédéraux qui ont toujours pu puiser dans des coffres sans fond (et non pas « fonds ») pour acheter les votes en faisant peur aux Québécois par un chantage éhonté.

J’en suis au milieu de la soixantaine. Sans même me toucher physiquement, le clergé m’a volé mon enfance; il m’a volé une bonne partie de ma vie; et bien que je n’ai pas encore surmonté la haine à son endroit, j’en suis arrivé à la conclusion que toutes les religions sont des fabrications d’hommes qui, malheureusement, retardent l’évolution spirituelle du Genre humain.

Aussi, j’entends n’en laisser aucune me brimer. Je ne pourrai jamais permettre qu’un être humain, même s’il m’est étranger, fasse abuser de lui par une quelconque religion sans au moins dénoncer le sort qui lui est fait.

Bienvenue à tout immigrant intègre et généreux qui veut s’installer au Québec. S’il veut aller aux sucres, qu’il vienne au sucre et s’il n’en aime pas la cuisine, qu’il apporte son « lunch ». S’il veut prier, qu’il aille prier dans le bois ou qu’il reste chez lui. S’il veut jouer au hockey, qu’il participe à tous les exercices et toutes les joutes du calendrier, même après le coucher du soleil du vendredi. Si il ou elle veut jouer au soccer, qu’il en respecte le code vestimentaire ayant cours sur toute la planète ou qu’il aille jouer là où existe une ligue portant les vêtements qu’il souhaite porter.

Contrairement à ce que votre commission a allégué, je ne crois pas que les Québécois soient une minorité qui craint sa minorité. Mais il y a une chose très certaine et c’est qu’en comptant sur la mollesse des institutions canadiennes, les immigrants qui veulent abuser de ma générosité vont faire de moi UN RACISTE. Et ça pourrait bien avoir le même effet sur d’autres Québécois!

Michel Beauparlant
Gatineau QC
michelbeauparlant@videotron.ca

Le 2 septembre, 2007