UN PETIT MOT À RADIO-CANADA

auditoire@radio-canada.ca
Cc : SRC-Internet;
telejournal@radio-canada.ca
;
tjmontreal@radio-canada.ca

Objet :

http://www.radio-canada.com/baladodiffusion/

En dépit d’une désaffection progressive, puis quasi complète, des chaînes de
Radio-Canada (réseaux télévision et radio confondus), depuis une bonne
dizaine d’années (une société publique de plus en plus d’état, une
programmation devenue du TVA/TQS truffé de publicités à en dégorger), je vous
signale tout de même que j’apprécie me brancher à la «La première à la Carte»
par le biais de la baladodiffusion (que France Culture, en vertu d’un
service comparable, nomme toujours – illustration de la détestation systématique
et tous azimuts de la langue française dans le pays des Français même? –
Podcasting
…).

Je vous proposerais même, gens de Radio-Canada, d’allonger cette
programmation à 45, voire 60 minutes.

Cela dit, comme j’ai développé une grande méfiance à l’égard de vos réseaux
(qui pourtant fonctionnent largement à même mes propres impôts de
citoyen-contribuable), je reste méfiant quant aux extraits retenus. Comment
savoir, en effet, si je ne préférerais pas les absents (individus, idées,
débats) des lieux…?

C’est que, voyez-vous, si la confiance est en général longue, parfois même
fort longue, à générer, hélas! en revanche, une fois qu’on a déçu il est
extrêmement difficile, voire impossible, de la réanimer ou de la «rapatrier».

Dans les années ’70 et ’80, je ne me posais pas ce type de questions avec
vous. Et j’appréciais beaucoup tous vos réseaux. Vous avez littéralement
«schizophrénisé» votre auditoire en démolissant de vos propres mains le capital
de rigueur et de professionnalisme que vous aviez patiemment construit depuis
votre naissance, en 1952, voire 1936.

En finale, je m’interrogerai en quelque sorte en aparté : est-ce un hasard si
je vous ai délaissé(s) depuis que ce sont les Robert Rabinovitch et autres
Sylvain Lafrance qui – m’empiffrant de pubs, d’émissions de variétés et
d’orientations idéologiques by the Way of the Canadian Unity – qui
dirigent mes antennes…?

étienne LaHire,
un quarantenaire québécois qui vous avait pourtant adopté dès l’adolescence,
St-Denis s/Richelieu
LaHire@Q-bec.com

PS : M. Bernard Derome est toujours solide au Téléjournal et à
l’occasion des grands événements (Scrutins électoraux, Référendums, etc.). Mais
n’y a-t-il donc personne dans la bôite – depuis trente-cinq ans! – pour lui
signaler que dans les entrevues (face-à-face), il est rien moins que médiocre.
Ce n’est vraiment pas son créneau ou sa force. Alors pourquoi insister…?

(Le 17 mars 2006)