QUÉBEC FORME DES ASSIMILÉS

Monsieur le Ministre,

Je vous fais parvenir le message suivant pour souligner mon appui au
communiqué émis par Impératif français concernant la décision prise par votre
gouvernement d’enseigner l’anglais dès la première année. Vraiment nous n’avons
besoin de personne pour procéder à notre assimilation : nous le faisons fort
bien nous-même. Pensez-vous véritablement améliorer la connaissance de l’anglais
des jeunes québécois en leur inculquant les rudiments d’une deuxième langue
alors qu’ils ne maîtrisent même pas leur langue maternelle??? Je viens du
Saguenay et je n’ai été exposée à l’anglais que lors de mes études
universitaires en traduction à Québec. J’ai participé deux fois à des programmes
d’échange pour parfaire mes connaissances en anglais et je travaille depuis
trente ans au gouvernement fédéral dans la région de l’Outaouais. Je suis
évidemment bilingue comme la plupart de mes collègues francophones. Mes
collègues anglophones, par contre, sont majoritairement unilingues. Quelle
surprise, n’est-ce pas?

J’ai deux enfants que j’ai élevés en français (oui, cela est possible même à
Gatineau) me faisant un point d’honneur de m’assurer qu’ils maîtrisent à la
perfection leur langue maternelle. Pour ce qui est de l’anglais, le milieu a
fait le reste (télévision, musique, cours d’anglais au secondaire au Programme
International). âgés de 16 et 19 ans, ils se débrouillent très bien en anglais.
De plus, mon fils a droit cet été à un cours d’immersion puisqu’il a décroché un
emploi dans un ministère fédéral où tout se déroule, vous l’avez deviné, en
anglais seulement. Quelle chance pour lui : un emploi d’été et un cours de
langue gratuit!!! Que demander de plus!

Vous êtes sûrement au courant de la récente enquête menée par le Journal de
Montréal auprès des commerçants de la Ville. Une autre preuve que l’anglais n’a
aucun problème de survie.

Je termine en vous disant que je considère que cette décision est en parfait
accord avec la réforme de l’éducation. En plus de valoriser le nivellement par
le bas, notre système d’éducation va former des assimilés.
Merci beaucoup.

Nicole Quintal
nic_quintal@hotmail.com

 

COMMUNIQUé éMIS PAR IMPéRATIF FRANçAIS

Objet : Enseignement de l’anglais dès la première année

Le 13 juin 2006 – à la lumière du recul que connaissent la francophonie et la
langue française au Canada et en Amérique du Nord, la décision du gouvernement
du Québec d’autoriser l’enseignement de l’anglais dès la première année du
primaire constitue un geste impardonnable de valorisation de la culture
d’expression anglaise et une incroyable irresponsabilité à l’endroit de la
langue et de la culture d’expression française pourtant déjà suffisamment
fragilisées dans le contexte nord-américain.

Par cette décision, le gouvernement du Québec vient de mettre la table pour
une plus forte défrancisation de la société québécoise et une plus grande
érosion culturelle en utilisant nos écoles pour angliciser hâtivement nos
enfants avant qu’ils aient acquis une maîtrise de leur langue maternelle et
développé un fort sentiment identitaire.

De plus, en ne négociant pas de réciprocité avec les provinces anglophones,
le gouvernement du Québec nous a encore une fois collectivement écrasés devant
le Canada anglais.

L’Histoire se souviendra de ce gouvernement.

Adresse utile:
Ministre de l’éducation, du Loisir et du Sport
ministre@mels.gouv.qc.ca

– 30 –

Source :

Jean-Paul Perreault
Impératif français
Recherche et communications
Tél. : 819 684-8460
www.imperatif-francais.org

************
(Le 28 juin 2006)