OUTGAMES OU JEUX HOMOLYMPIQUES ?

Comme le disait si bien Brassens dans sa chanson "Trompettes de la renommée"
: "Le crime pédérastique, aujourd’hui ne paie plus." C’est pourquoi il y a de
nos jours des gens d’orientation "autres" qui sortent du placard et mêmes
s’affichent comme étant "différents". Bravo. Faites, Messieurs-Dames et
Dames-Messieurs.

Je saisis mal l’utilité de ces "outgames", dont le nom a été copié pour faire
plaisir, comme toujours aux Anglo-Saxons et aux gens branchés que l’appellation
anglaise séduit. Est-on un(e) meilleur(e) athlète si l’on est gay que si l’on
est Patagon, Turkmène ou cireur de trous de serrure ? Armstrong, même s’il a
certainement pris certaines substances interdites, comme les autres, n’en a pas
moins gagné deux fois au moins le Tour de France avec une coucougnette en moins.
Est-il meilleur ou pire athlète pour ça ? Devrait-on le placer dans la catégorie
des "One ball winners" (en anglais dans le texte)? Saku Koyvu, du Canadien de
Montréal, survivant à un grave cancer, est un brillant capitaine. Devrait-il
claironner à tous propos qu’ils est un joueur de hockey cancéreux et organiser
une "Cancerous pride" où tous ceux qui ont lutté contre le Crabe — dont votre
serviteur — viendraient défiler cicatrices à l’air et, pour les cas les plus
graves avec prothèses, pansements et autres peu esthétiques fournitures et
appareils médicaux ?

C’est comme un type que je connais, qui est président des "Motocyclistes
québécois gays". En quoi le fait d’être gay modifie-t-il le motocyclisme ? Un
motard est un motard. Il y a de braves gens sur ces bécanes et des motards
criminalisés. Le qualificatif "gay" n’ajoute rien, à moins que leurs pétaradants
engin ne soient spécialement modifiés en fonction des émouvants frissons
ressentis par ces personnes lorsqu’elles chevauchent leurs montures. Il n’a pas
pu m’expliquer l’insondable vérité derrière son association.

Et, pour bien placer la cerise sur le sundae voilà ces merveilleux "outgames"
qui n’ont rien prouvé, sinon qu’il existe des athlètes, comme Tewksbury, qui
sont des champions reconnus, qu’ils soient gays ou collectionneurs de timbres.
Point final.

Il y aurait beaucoup à dire sur la connerie dans le vaste monde. à ceux qui
criaient "à bas les cons !" le général de Gaulle avait d’ailleurs coutume de
répondre : "Vaste programme…"

Continuez le combat !

Jean-Louis Morgan
morganmedia@sympatico.ca

(Le 13 août 2006)