L’ANGLOSPHÈRE ET SES POLITIQUES NÉO-NÉO-IMPÉRIALISTES

L’Europe dit qu’il faut avant tout préserver les minorités, surtout quand celles-ci peuvent affaiblir les états et, particulièrement, la France, puisqu’elle est pratiquement la seule nation à ne pas être fédérale.

Depuis donc le 16e siècle, le Français est langue officielle (et même, à cette période, en… Angleterre). L’Europe, quand il s’agit de l’anglais, change de ton : bizarrement, celle-ci renonce à la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes (accepté internationalement) au profit d’un unique but : établir un monde états-unisé (non pas anglicisé, car l’anglais parlé est une dégradation de cette même langue, il n’y a qu’à voir les exemples en France, qui ne manquent pas) afin d’y établir une culture "monolithique". Ce n’est pas un hasard si, en Europe, le cinéma se porte mieux en France, où l’état intervient, que dans les autres états, où le PRIVé possède davantages d’armes…et qui dit privé dit réduction des frais, donc besoin d’anéantir les langues. Et la mentalité anglophone se distingue par l’appât féroce du gain.

Ce faisant, l’Union Européenne a du mal également à établir tous les documents européens dans ses diverses langues pour des raisons financières (même le français a droit a des versions abrégées, langue fondatrice pourtant et majoritaire) alors qu’en France, encore une fois, pratiquement la totalité des sites publics ou para- ublics proposent en plusieurs langues !!! seul le site des impôts reste évidemment uniquement en français.

Regardez en Angleterre : aucun site d’état (je n’en ai pas encore trouvé) ne propose une autre langue, quand la France, par exemple, propose la SNCF, la POSTE, l’Assemblée nationale en plusieurs langues. Même le métro parisien a droit en vocal à un "debarquement on left" !!

Alors ? traduire coûterait donc réellement cher ou bien l’Angleterre est-elle en faillite financière ? Si ce n’est ni l’un ni l’autre, c’est donc bien la politique néo-néo- mpérialiste du XXème siècle qui a vu tant de magouilles anglophones qui veut établir une fois pour toute une domination dont l’odeur ressemble à celle des discours d’un moustachu germanophone. Excusez-moi encore pour ma manière "épidermique" de réagir à un article mais au final, que serait une langue qui ne créerait plus ses propres mots pour ses propres inventions et qui ne serait qu’une langue "de naissance"? une langue morte.

C’est la raison pour laquelle la France doit réagir à son démantèlement en refondant le principe républicain : L’état est indivisible et sa langue est le français.

Quant à l’alsacien et Microsoft, c’est le cheval de Troie afin de créer un nationalisme régional qui retournerait le Hansi dans sa tombe, célèbre pour ses dessins anti- llemands quand l’Alsace et la Moselle avaient été annexées par le futur état allemand..

Et, preuve ou signe des temps : Même les anglais sont furieux de voir Paris saccagé par l’anglais… "outrageant !" (en français dans le texte)

Cédric Laudet
cedriclaudet@voila.fr

(Le 7 juillet 2006)