SERVILITÉ MADE IN FRENCH EUROPA

Messieurs,

En pensant avec tristesse à Pierre Bachelet, disparu ce jour

Att : Jean Kellerhals, Univ. de Genève (kellerhals@socio.unige.ch ) et journal
Le Monde
: courrier-des-lecteurs@lemonde.fr

Re :
http://www.unifr.ch/psycho/ESFR/ESFR04_Kellerhals.pdf (depuis le site du
«Monde» en:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3238,36-398196,0.html)

Le Monde n’en manque pas une lorsqu’il s’agit d’inviter ses lecteurs à
consulter des documents de langue anglaise rédigés par… des francophones qui
travaillent au sein d’universités francophones.

Dans un Monde présumé francophone…

Décidément, le monsieur qui a écrit le texte sous l’hyperlien suivant (voir
entre autres la note en bas de texte) n’exagérait pas:

LANGUE NOIRE

Invraisemblable ! de voir ainsi ces « Franciens » (Français, Suisses et

Belges au premier chef) brader leur âme à la première occasion.

« J’éradique la langue française de ma vie, donc je suis. »

Comme si rendre ses recherches accessibles dans d’autres idiomes (ce qui
n’est n’est pas un mal, ni répréhensible) impliquait de facto le mépris et enfin
l’annulation du sien propre…

On se prépare une fameuse Europe avec une mentalité d’esclave pareille.
Une Europe de capitulards jusqu’au fond des entrailles.

Serge Delarochelle,
Domrémy, 15 février 2005

Citoyen@courrier-France.com