ÉLOGE DE LA LAIDEUR

(In English first and foremost au surplus)

Monster.ca

http://francais.monster.ca/

Non mais, comment une entreprise peut-elle penser « séduire » une clientèle
avec une raison sociale pareille…?

C’est d’un mauvais goût et d’une laideur sans nom.

On voudrait éloigner tout client potentiel d’office que l’on n’agirait pas
autrement.

Dieu que c’est rébarbatif !

Aussi je suis bien étonnée de retrouver une publicité de cette nature sur le
site du Devoir.

Et celui de France Culture !!

Même si je comprends que vous n’êtes pas responsable(s) – vous, espaces
d’information et de réflexion – des affreuseries de vos commanditaires
(là-bas, où la langue française est en perdition, on dira plutôt: « sponsors
»).

Mathilde François
MathildeFrancois@sympatico.ca

Note : Bref, comme l’écrit M. Gélinas (UN RIDICULE MONSTRUEUX), a
priori ça ne met quiconque en confiance une « carte de visite » semblable. Carte
pas même « française » de surcroît, bien que l’on s’adresse ici spécifiquement à
des francophones. La laideur et l’avilissement volontaire, voire le mépris sans
détour de la joliesse (on n’a qu’à penser à nos banlieues urbaines et à nos
villes en province, où les Macdo, Les Future Shop, les Burger
King
, les Subway et les Home Depot – raisons sociales bien
françaises aussi, isn’t it – font office d’oeuvres d’art dans notre champ
visuel de tous les instants) seraient-ils devenus les concepts-vendeurs
de notre temps…? Mais peut-être rêvons-nous, après tout. Et que d’un instant à
l’autre une caméra cachée surgira du placard…

(Le 29 novembre 2005)