LANGUES EN PÉRIL

Chers amis Québécois,

je suis interprète de conférence en Allemagne. Je suis un fringuant défenseur
de cette langue que "nous avons en partage", le français, mais pas seulement. Je
me bats ici aussi pour défendre la belle langue de Goethe qui est bien plus
menacée que la nôtre, faute de défenseurs. Ici, les gens se moquent des Français
car il trouvent ça archaïque de défendre sa langue maternelle, l’anglais étant
tellement tendance et inévitable, selon eux. ils ne voient pas que leur propre
langue est en train de dégénérer et de perdre toute sa substance. Je vous parle
de l’allemand, car, si en tant que Francophones nous voulons lutter contre le
charabia pseudo-anglais international qui ronge toutes les langues tiers, nous
devons nous allier et encourager d’autres groupes linguistiques à se défendre
ou, du moins, à prendre conscience du danger. Seuls, nous n’y arriverons pas. Je
sais que les Hispanophones sont aussi très actifs, mais cela ne suffit pas. Oui
à la diversité linguistique, non aux conférences et publications internationales
où seul l’anglais est autorisé!

Avez-vous des contacts avec d’autres défenseurs de leur langue maternelle ou
pensez-vous aller dans cette direction?

Bien cordialement et "gros becs" d’un Français francophile et germanophile.

Alexis Vincent
a.vincent@interpreteurope.com

(Le 3 septembre 2005)