CONSTITUTION EUROPÉENNE

Bonjour et merci de faire écho à mon commentaire.
Je serai très heureux qu’il soit repris par votre site de grande qualité.
Avec mes sincères encouragements,

Jérôme Baloge

Un simple coup d’oeil sur les rapports annuels que la Délégation générale à
la lanngue française (de France) remet au Parlement rend compte du déclin de
l’usage du français comme des autres langues au profit du seul anglais, au fil
de l’intégration continentale.

Autre point, je ne vois pas pourquoi les Québécois ainsi que tous les
francophones ne participeraient pas à notre débat quand notre langue est ainsi
menacée et quand les gens du oui font intervenir tant d’étrangers dans notre
débat. Pour ma part, je revendique le droit de me sentir plus proche d’un
francophone que d’un européen avec lequel je n’ai que mes mains pour parler.

Enfin, il est clair dans le projet de constitution que la diversité
culturelle et linguistique affichée dans la liste des bonnes intentions ne
trouve aucun écho dans la Partie III sur les politiques à mener. Ceci s’ajoutant
à mon premier constat, je voterai non, résolument.

Jérôme Baloge
Président de Jeune Francophonie
jbaloge@hotmail.com

(Le 3 avril 2005)