BRAULT ET MARTINEAU


service.clients@braultetmartineau.com

D’ailleurs, je vous invite à consulter le dictionnaire de l’Office de la
langue française du Québec

www.granddictionnaire.com
. Vous allez y constater que si vous y écrivez dans
la section "française" Boxing day", vous n’obtiendrez rien. Par contre, si vous
écrivez "Boxing day" dans la section "anglaise", vous obtiendrez la traduction
"Soldes d’après Noël".

Domaine(s) : – commerce
sales promotion
 
 
anglais
 
français
 
Boxing Day soldes de l’Après-Noël n. m. pl.

[Office québécois de la langue française, 2004]

D’autre part, quelques jours avant Noël, comme depuis quelques années, des
organismes à la défense de la langue française comme "Impératif français" et
l’ASULF (Association pour le soutien et l’usage de la langue française)
publiaient l’avertissement suivant :

SOLDES D’APRèS NOëL – "Boxing Day", un anglicisme.


Dans un mois d’ici, vous entendrez parler dans les médias de la folie du
lendemain de Noël. Vous verrez encore malheureusement les mots « Boxing Day » à
côté d’appellations françaises.

Cette expression anglaise, vous le savez, a d’abord été utilisée en
Angleterre pour désigner les étrennes que les facteurs, les garçons de courses
et les serviteurs de toutes sortes s’attendaient de recevoir le lendemain de
Noël, soit « a Christmas box ». Elle est une expression dont l’usage s’explique
et se comprend en anglais, ce qui n’est pas le cas en français, parce que le
contexte est différent. Il s’agit d’un anglicisme tout à fait inutile qui, au
surplus, ne veut rien dire pour un francophone.

L’ASULF suggère l’emploi d’expressions françaises comme l’Après-Noël, Soldes
du lendemain de Noël, Soldes d’après Noël, liquidation de Noël, braderie de
Noël, etc. Elle a écrit à plus de 200 agences de publicité pour leur suggérer
d’inviter leurs clients à utiliser l’une ou l’autre de ces expressions. L’Office
québécois de la langue française demande aussi aux établissements commerciaux
d’utiliser une expression française dans leur publicité.

Nous donnons ici une liste partielle de grandes entreprises qui s’adressent
en français à leurs clients. Il suffit de mentionner : SEARS, Espace Bell,
Future Shop, DOMON, Librairie Renaud-Bray, Société des alcools du Québec, HMV,
Le Superclub Vidéotron, Zellers, Canadian Tire, Bureau en Gros, Wal-Mart, Sports
Experts, ATMOSPHERE, Ogilvy, Corbeil électroménagers, RadioShack, Ameublements
Tanguay, Les Ailes de la Mode, Rossy, La Baie, Pharmaprix, etc.

L’ASULF vous suggère d’intervenir personnellement auprès des établissements
que vous connaissez afin qu’ils utilisent une appellation française pour
désigner les soldes du 26 décembre.

Le comité du courriel.

Ce message est envoyé par l’Association pour le soutien et l’usage de la
langue française (ASULF).

Boîte postale 10450 Sainte-Foy (Québec) G1V 4N1
Tél. (418) 654-1649 Téléc. (418) 654-0916
courriel : asulf@globetrotter.net

Bonne journée
Yves Hamel
yves@hamel.org
Montréal

—–Message d’origine—–
De : Desautels David [mailto:D.Desautels@braultetmartineau.com]De la part de
service.clients
Envoyé : lundi 3 janvier 2005 10:28
à : Yves Hamel
Objet : RE:

Bonjour monsieur Hamel et merci de prendre de votre temps pour nous écrire.
Nous avons pris bonne note de vos commentaires et en avons avisé la direction
des ventes et de la publicité. Nous comprenons votre insatisfaction et
tenterons de corriger la situation pour les prochaines occasions.

Nous vous souhaitons une bonne année 2005

—–Message d’origine—–
De : Yves Hamel [mailto:hamelyves@videotron.ca] Envoyé : 24 décembre 2004 23:31
à : service.clients
Cc : Nouvelles TVA; commentaires TQS; auditoire RADIO-CANADA; Information
OLF; customercare@leons.ca
Objet :

Bonjour,

j’ai vu votre publicité en ondes actuellement à la télé et j’aimerais
vous dire que l’expression "BOXING DAY" que vous y utilisez est une
expression ANGLAISE qui ne veut rien dire pour les francophones.

Il existe pourtant plein d’équivalents français comme : "L’après-Noël,
Soldes d’après-Noël, Soldes du lendemain de Noël, Soldes d’après Noël,
Liquidation de Noël, Braderie de Noël, etc" que vous auriez pu utiliser dans
vos réclames publicitaires.

D’ailleurs, puis-je vous faire remarquer que d’autres comme Meubles Léon
ou Canadian Tire s’expriment dans un bon français à la télé en utilisant
tout simplement (et justement) l’expression "Soldes d’après Noël"?

J’ose espérer que vous mettrez ça dans votre pipe et saurez parler
français dans vos publicités de Noël 2005 !

Yves Hamel
yves@hamel.org

(Le 3 janvier 2005)