VIVONS-NOUS TOUJOURS EN DÉMOCRATIE AU QUÉBEC ?

andre.pratte@lapresse.ca

Cc : adubuc@lesoleil.com;
lysiane.gagnon@lapresse.ca;
jjsamson@lesoleil.com;
mvastel@lesoleil.com

Objet : Liberté de presse : Vivons-nous vraiment en démocratie au
Québec ?

M. André Pratte,
Gens de Gesca, de La Presse en particulier

http://www.cyberpresse.ca/general/contacteznous.php?j=2

Objet : Le mythe du vol, par André Pratte (éditorial du 20 août
dans La Presse )

Vous avez dépassé toutes les bornes de la mauvaise foi et de la malhonnêteté
intellectuelle, M. Pratte.

J’encaissais au fil des mois, des années même, des textes toujours à la
limite du faux – tellement les interprétations étaient souvent tendancieuses
jusqu’à la manipulation mentale.

De vous, mais aussi de plusieurs de vos collègues, M. Alain Dubuc en
particulier. Mais non seulement (Mme Gagnon, etc.).

Mais là, vraiment, je n’en peux plus !

Vous et vos gens ne défendez pas le Canada, ce qui est «défendable» au plan
des idées (encore qu’un équilibre des opinions ne soit pas du tout présent en
vos pages: ce ne sont pas un texte de M. Parizeau ou de M. Lisée, de temps à
autre, ou les papiers de M. Michel Vastel une fois ou deux par semaine dans
LeDroit
et LeSoleil qui font contrepoids à votre armada que je
qualifie – je le pense – d’aveuglément canadienne).

Non, vous ne défendez plus une idée: vous faites de la propagande dont bien
des régimes plus ou moins totalitaires – je le pense sérieusement aussi – ne
répugneraient à s’inspirer.

J’ai souvent trouvé les textes politiques de La Presse (et du
conglomérat Gesca) extrêmement douteux, il est vrai. Mais aujourd’hui, vous et
les vôtres, M. Pratte, avez à mes yeux perdu toute crédibilité intellectuelle.

à jamais.

Vous vendez le Canada aux Québécois comme Québécor vend de la
publicité avec …des émissions publicitaires.

Les Québécois méritaient un journalisme d’opinion éclairé de la part d’un
groupe de presse puissant comme le vôtre. Vous lui offrez bien plutôt l’endoctrinement
comme s’il s’agissait moins d’un peuple que d’un cheptel.

Je suis dégoûtée, M. Pratte, M. Dubuc, M. Samson (à Québec)… et combien
d’autres «bons sergents» en région (et que je lis à l’occasion, le plus souvent
avec grande tristesse, lorsque je me déplace par-delà le territoire).

Oui, dégoûtée.

Vous n’avez pas idée combien vous m’avez déçue aujourd’hui, monsieur. Vous
avez franchi les dernières balises de l’intelligence et du respect.

Or quand on estime que l’on peut faire avaler n’importe quelle couleuvre au
lecteur, M. Pratte, VIVONS-NOUS ALORS TOUJOURS EN DéMOCRATIE?

Laure Gardenelle ( LG.Qc@voila.fr )
Ville de Québec
(je me suis relevée en pleine nuit pour «sortir», en écrivant la
présente, ce poing du plexus solaire qui m’habitait depuis ce vendredi matin
du… «mythe du vol»! Il n’est toujours pas disparu…)