« DU FRANÇAIS, S’IL VOUS PLAÎT! »

Comment se fait-il qu’il soit encore difficile (voire presque impossible, dans certains cas!) d’obtenir du service en français chez certains commerçants ayant leur établissement à Gatineau? Doit-on leur rappeler de nouveau que la Charte de la langue française (chapitre II, article 5), en matière de droit des consommateurs, stipule clairement qu’au Québec, « les consommateurs de biens ou de services ont le droit d’être informés et servis en français » et qu’il s’agit d’un droit linguistique fondamental? Malheureusement, il appert que oui!

Que penser de la réponse d’un employé anglophone d’un restaurant de la foire alimentaire du centre commercial Place-du-Centre, dans le secteur de Hull, à la question « Pourquoi n’offrez-vous pas de service en français à votre clientèle, car, après tout, nous sommes au Québec, ici? » : (traduction) « Le Québec fait partie du Canada, le Canada est un pays libre et j’ai le droit de m’exprimer dans la langue de mon choix dans ce pays! » Pourquoi alors se formaliser? Parce que nous sommes francophones et que nous avons le droit fondamental de vivre en français au Québec. Point.

« Du ~français~, s’il vous plaît! »

Michel Bédard, Gatineau
jym.bedard@videotron.ca
(Le 7 juin 2004)