NON À LA COLONISATION DE L’OUTAOUAIS

Campagne visant à attirer des Ontariens au Québec.

Lire à ce sujet : GATINEAU, VILLE FRANÇAISE ET QUÉBÉCOISE !

Lettre expédiée aux élus municipaux, aux députés de la région et aux
organismes responsables de cette campagne:

Mesdames,
Messieurs,

Voici mon opinion au sujet de la campagne pour attirer des Ontariens au
Québec.

Il faut tout faire pour que le français s’impose comme langue commune dans
l’Outaouais, il y va de la cohésion sociale et de l’avenir du Québec. Certaines
personnes, parmi les promoteurs immobiliers et les politiciens, veulent attirer
de riches acheteurs et contribuables au Québec sans avoir pleinement conscience
des conséquences de leurs actes. Ils m’apparaissent insensibles aux risques que
nous courons dans le cas d’une migration débridée provoquée par de la fausse
représentation, c’est-à-dire de la publicité en anglais. S’installer au Québec
signifie que l’on prend part à la vie de la société québécoise.
Nous ne voulons pas parmi nous des gens qui vivent dans un autre univers, les
yeux rivés sur les médias d’Ottawa et de Toronto, en ignorant tout du peuple
québécois.

Autrement dit, nous voulons que la publicité fasse comprendre aux Ontariens
que la vie au Québec se passe en français, bien que les droits de la minorité
linguistique anglaise y soient très bien protégés. Beaucoup mieux que les droits
de la minorité française en Ontario, du reste. Le Québec est un joyau fragile au
Nord de l’Amérique. Les gens d’ailleurs y sont les bienvenus, à condition d’être
sensibles à la réalité québécoise. Nous ne demandons pas aux anglophones de se
transformer du jour au lendemain en francophones, mais simplement d’apprendre
suffisamment le français pour pouvoir s’en servir dans la vie de tous les jours.
C’est un sérieux bémol, qui risque de faire fuir bien des acheteurs, mais c’est
un bémol essentiel.
De toute manière, combien d’Ontariens trouveraient normal que des francophones
unilingues s’installent en grand nombre à Ottawa sans pouvoir dire un mot
d’anglais?

L’arrivée massive d’anglophones ignorant le caractère français de l’Outaouais
aurait incontestablement un effet négatif sur l’harmonie entre les groupes
linguistiques, dans notre région. Il est déjà assez difficile actuellement de
faire respecter les droits des francophones, qui se font répondre en anglais un
peu partout en Outaouais, dans les commerces, sur la rue, dans le parc de la
Gatineau, et j’en passe. Il ne faudrait pas aggraver la situation.

Je dis non à la colonisation et oui à l’intégration. Bienvenue aux Ontariens,
anglophones et francophones, à condition qu’ils adhèrent à la société
québécoise, avec tous les avantages et toutes les obligations que cela comporte.

Bernard Desgagné
Gatineau
bernarddesgagne@mac.com

(Le 11 octobre 2004)