LA SERVILITÉ D’UN DÉPUTÉ

M. Claude Duplain,
Ex-député libéral fédéral de Portneuf

Références : LE QUÉBEC N’EXISTE PAS, LE DÉPUTÉ LIBÉRAL CLAUDE DUPLAIN DÉFAIT et VOTRE DÉFAITE ? AUCUNE SURPRISE… 

Vous vous conduisez comme un bon vieux French Canadian du XIXe siècle bien soumis au Brittany Rule, M. Duplain. Aussi je vous plains plus que je ne vous en veux.

Reste que désirer représenter une population québécoise avec de telles dispositions, il faut bien  le dire, ça dépasse l’imagination. Et de dignité même. à croire que le Parti Libéral du Canada est parvenu à vous lessiver le cerveau à telle enseigne qu’il ne vous reste plus rien comme pouvoir réel de réfléchir par vos propres lumières.

Il est vrai que Marcel Massé (non ! pas Marcel Masse), si je m’en souviens bien, avait offert un calendrier de même mouture à ses commettants de l’Outaouais, il y a quelques années. J’imagine qu’il y a d’autres compères (et commères*) de votre milieu pour agir de manière analogue.

Car le PLC, c’est bien connu, aime beaucoup «répercuter» à grande échelle ses bonnes idées. Ou qu’il estime telles.

Pourtant, l’Idée d’un Québec indépendant va dans le sens du puissant courant de l’Histoire – celui de la Liberté, de la Dignité, de la Résistance, du Respect de soi, de l’Autonomie et de la Responsabilité. Vous êtes toujours cent ans en arrière, gens du Parti Libéral du Canada

Et l’intelligence vous rongera forcément comme la mer grignote insensiblement la falaise. Dommage pour vous et les vôtres, toutefois, que cette intelligence ne puisse pas à tout le moins s’exprimer de l’intérieur de vos rangs. Hélas! avec des Denis Coderre, des Pierre Pettigrew et des Stéphane Dion, je crains que ce ne soit pas demain la veille qu’il jaillira lumière depuis vos rangs. Aussi le Québec ira sereinement, souverainement et tranquillement (c’est sa marque de commerce, comme on sait) sans vous.

Tant pis. Pour vous. Tous.

Pour vous et les vôtres, M. Duplain, j’éprouve en effet moins colère que pitié.

étienne LaHire  (LaHire@Q-bec.com )
Montérégie, en Québec
4/07/04

* J‘imagine(rais) assez bien, sauf erreur (car on a peut-être trouvé médication contre l’hystérie dans les dernières années sans que j’en fusse informé), une Céline Hervieux-Payette (naguère bonne soldate de Pierre Elliott Trudeau et aujourd’hui bien planquée – à l’instar de tous ces Serge Joyal et ces Lucie Pépin de service – aux dépens des contribuables dans ce sanatorium de luxe nommé Sénat) se comporter de la sorte, par exemple.