FAHRENHEIT 9/11

Je me suis procuré ici au Vietnam une version piratée du film sur disque.

Un tel film n’aurait jamais dû décrocher la palme d’or pas plus que l’on
aurait dû accorder le prix Nobel de la paix ou de la littérature à certaines
personnes qui l’ont obtenu pour des raisons strictement politiques.
L’opportunisme du moment n’est pas censé se substituer à la qualité d’une oeuvre
qui, seule, devrait déterminer si le prix est mérité ou non. Le film est
strictement de nature documentaire et il n’innove en rien sur les plans
technique et artistique.

Je ne dis pas que le prix a été inutile puisqu’il a considérablement aidé à
la distribution du film aux Etats-Unis et qui, autrement, serait probablement
passé inaperçu. Si Bush perd les élections de novembre, le film y sera
certainement pour quelque chose. Néanmoins, c’est un film qui a été conçu pour
un public étasunien. Les morts irakiens, on n’en parle presque pas. Seuls les
morts étasuniens comptent, seule la douleur de leur mère compte. Les
destructions absurdes subies par les Irakiens, les morts irakiens, le cortège
des blessés irakiens, les amputés, les infirmes à vie, les malformations chez
les nouveaux-nés dans les zones où les obus à uranium appauvri ont été utilisés
durant la première guerre du Golfe, ne sont pas même pas mentionnés. Le fait
qu’il s’agit d’un des pays qui étaient parmi les plus développés et les plus
éduqués du Proche-Orient n’est même pas abordé par Michael Moore.

Avant tout, Michael Moore voit dans cette guerre une guerre étasunienne
dirigée contre des citoyens étasuniens des couches sociales les plus
défavorisées. C’est peut-être ce qu’il faut dire à un auditoire étasunien. Sur
la scène internationale, toutefois, on voit bien que, dans la psyché
étasunienne, la peau d’un étranger ne vaut pas grand chose et encore moins s’il
s’agit d’un Arabe.

L’Europe et l’ensemble des autres pays dits "développés" en sont rendus à un
tel point de passivité qu’il nous faut désormais uniquement compter sur
l’opposition interne étasunienne pour redresser les choses. Les diplomates
français (par exemple l’ambassadeur de France au Vietnam) ont beau parler de
"violation du droit international" dans leur discours, de quelles mesures
concrètes a-t-on accompagné ces déclarations ? Avec la palme d’or, on s’en tient
toujours aux discours et aux sermons !

Charles Durand (
charles.durand@auf.org
)

*******************

Bonjour,

Récemment, je suis allé voir ~Fahrenheit 9/11~, du réalisateur Michael
Moore. Très bon documentaire bien qu’il soit évident que Moore déteste
l’actuel président de son pays. Le message est assez simpliste -Bush et son
équipe forment tout simplement un terrible danger public, preuves à l’appui-,
mais il a le mérite de mettre notamment en évidence la naïveté des masses, la
manipulation des médias et le mensonge du mythe de la lutte menée pour la
"défense de la liberté". Aussi, je vous invite à aller le voir si vous avez le
temps. Je tiens tout de même à vous avertir que certains passages, peu
nombreux heureusement, sont assez difficiles. Cependant, le montage est très
réussi, ce qui permet au spectateur de mieux apprécier la qualité du travail
accompli.

Adrien Borel. ( adrienborel@yahoo.fr
)

******************

(Ces deux messages proviennent du groupe de discussion «
La-Renaissance-de-la-Nouvelle-France », le 29 août 2004)